Janvier 2018
D L M M J V S
 
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 

Légumes

Les chiffres clés


11 000 ha  de productions légumières dont 7 000 ha en Rhône-Alpes (diminution d’environ 15 % en dix ans) et 4000 ha en Auvergne.

Une production presque exclusivement consacrée à la lentille en Auvergne et très diversifiée en Rhône-Alpes malgré des poids lourds comme la salade (3ème bassin de production national), le radis et le poireau.

Le maraîchage biologique pèse près de 1600 ha  pour la grande région AURA, avec 16 % des surfaces en Auvergne et 84 % en Rhône-Alpes, pour 890 exploitations.
En diminution d’effectif de 28 % sur 10 ans, les productions légumières sont recensées sur 2 700 exploitations Rhône-Alpines, mais seulement 520 (19 %) en font leur activité principale.

4  départements regroupent la majorité des exploitations : La Drôme, le Rhône, l’Ain et l’Isère.  En Auvergne et plus particulièrement en Haute-Loire ce sont environ 740 producteurs qui complètent leur activité par la production de lentilles vertes du Puy sous AOP.


70% des exploitations produisant du légume en Rhône-Alpes valorisent leur production en circuits courts. Mais, pour les légumes principaux de la région (salade, radis, poireau) , un nombre restreint d’exploitations de taille importante valorise la production sur les marchés de gros et auprès des GMS.
Concernant la spécificité Auvergnate qu’est la lentille, la filière est structurée autour de 3 opérateurs principaux : une coopérative maîtrisant 50 % des volumes et 2 opérateurs privés.
(Sources : Agreste, Agence bio et Chambre d'agriculture de la Haute-Loire)

La filière légumes représente un poids économique significatif sur Rhône-Alpes, mais une place beaucoup plus marginale en Auvergne.

En Rhône-Alpes, les atouts de la filière reposent sur la diversité, la qualité et la fraîcheur de la gamme, combinées à un bassin de consommation important composé pour une bonne partie de CSP+.

Si le regain d’intérêt pour la production maraîchère est bien réel, le nombre de producteurs est en diminution. Ils subissent, pour les zones d’expédition et la vente en gros, la concurrence des autres bassins et des importations. La pression foncière, l’étalement urbain, la faible rémunération du travail, l’indépendance et l’isolement des producteurs sont autant de facteur qui pèsent, eux aussi, sur la filière.

 

La production de légumes bénéficie de deux atouts :

  • une image positive
  • une demande des consommateurs et collectivités,

 

Elle a deux défis à relever :

  • se structurer et organiser sa représentation professionnelle à l'échelle régionale
  • professionnaliser et améliorer la rentabilité des système maraîchers de proximité
Mentions légales | Contacts |  Plan du site |  Coordonnées    |  RSS